En 1907 Bergson publiait l'Evolution créatrice qui reste son chef d'oeuvre, encore cité de nos jours par tous les philosophes. Si les techniques scientifiques ont beaucoup évolué depuis un siècle, l'analyse de nos rapports au monde n'a pas trouvé de plus fin critique que lui :

" Il faudrait, pour qu'une théorie scientifique fût définitive que l'esprit pût embrasser en bloc la totalité des choses et les situer exactement les unes par rapport aux autres ; mais en réalité nous sommes obligés de poser les problèmes un à un en termes qui sont par là même des termes provisoires, de sorte que la situation de chaque problème devra être indéfiniment corrigée par la solution qu'on donnera des problèmes suivants et que la science, dans son ensemble, est relative à l'ordre contingent dans lequel les problèmes ont été posés tour à tour

L'évolution créatrice  est celle de l'élan vital qui fait progresser l'homme de découverte en découverte et dominer la matière qui est d'après Bergson un pur produit de notre esprit :

"Nous sommes assurés de voir la matière se plier avec docilité à nos raisonnements ; mais cette matière, dans ce qu'elle a d'intelligible, est notre oeuvre ; de la " réalité en soi " nous ne savons et nous ne saurons jamais rien, puisque nous ne saisissons d'elle que la réfraction à travers les formes de notre faculté de percevoir "

Au cours de son existence le cerveau humain s'est différencié de celui de l'animal en privilégiant l'intelligence au détriment de l'intuition. Son rapport au monde en a été changé :

" L'intelligence et la matière se sont adaptées l'une à l'autre pour s'arrêter enfin à une force commune "

Si l'on veut établir une théorie de la connaissance, on a le choix entre trois alternatives :

" ou l'esprit se règle sur les choses, ou les choses se règlent sur l'esprit, ou il faut supposer entre les choses et l'esprit une concordance mystérieuse "

Bergson penche pour la dernière hypothèse. Ainsi la philosophie nous montre la relation de la vie de l'esprit à celle du corps