Pour moi l'hypertexte est la mort de la lecture en empêchant sa cohérence et en nous entraînant dans mille directions simultanément au mépris de toute concentration.

Certains pensent au contraire qu'il s'agit là de notre avenir : Nos idées, disent-ils ne sont pas cohérentes, suivies. Il nous en vient toute la journée d'une façon informelle, fragmentaire. Les informations qui nous parviennent sont nombreuses, surprenantes, désordonnées et l'hypertexte est la parfaite allégorie de notre façon de penser aujourd'hui.

Les hyperliens ont pour objet la simultanéité comme l'impression que l'on peut être en train de regarder une chose et de penser à une autre qui se déroule en même temps

Nous ne sommes plus dans un "univers" mais dans un "multivers" Il faut abandonner la narration séquentielle  qui décrit les événements les uns après les autres.

Le cinéma en filmant à 24 images par seconde a déjà permis de nous offrir une autre réalité hors du déroulement logique et temporel

Le cubisme demandait aux peintres de montrer simultanément chaque facette d'un objet en abandonnant l'illusion de la perspective en faveur d'une conscience sensorielle, instantanée de l'ensemble. Borgès préconisait la venue d'un nouveau roman qui tenterait de représenter toutes les réalités en même temps.

Les adeptes des réseaux sociaux et des jeux vidéos nous disent : " Vous n'avez qu'une bulle d'expérience limitée dans la totalité de votre vie et vous vous débrouillerez mieux si vous pouvez vous construire à partir d'un plus grand nombre d'expériences que celles que vos avez vécues personnellement. A travers ce qu'on raconte, on partage les expériences que d'autres ont eues. Les histoires se changent en jeux, les jeux en histoires"