Sigmund Freud a très bien décrit l'instinct de mort qui justifie notre agressivité. L'homme est pire que l'animal parce qu'il tue pour d'autres raisons que sa survie. J'ai trouvé dans une nouvelle de Guy de Maupassant l'effrayante description d'un président de qui avait pour mission de condamner à mort les criminels mais dont le rêve ( qu'il finit par réaliser ) était de tuer lui même :

" Pourquoi donc est-ce un crime de tuer ? C'est au contraire la loi de la nature. Tout être a pour mission de tuer : il tue pour vivre et tue pour tuer... L'homme tue sans cesse pour se nourrir, mais comme il a besoin de tuer aussi par volupté, il a inventé la chasse !... Ce n'est pas assez de tuer la bête : nous avons besoin aussi de tuer l'homme. Autrefois on satisfaisait ce besoin par des sacrifices humains. Aujourd'hui, la nécessité de vivre en société a fait du meurtre un crime. Mais comme nous ne pouvons vivre sans nous livrer à cet instinct naturel et impérieux de mort, nous nous soulageons, de temps en temps, par des guerres où un peuple entier égorge un autre peuple "

La guerre n'exprime rien d'autre que le simple rapport de force entre les hommes. C'est une menace perpétuelle imputable à l'inconstance et à la fragilité de la nature humaine

Et il n'y a que les poètes pour s'en désespérer :

Depuis cinq mille ans la guerre

Plaît aux hommes querelleurs

Et Dieu perd son temps à faire

Les étoiles et les fleurs

Pauvre Victor Hugo, pauvres de nous !